jeudi 5 avril 2018

La grâce de la foi est Divine Miséricorde

            Depuis plusieurs années, le 2e dimanche de Pâques est aussi celui de la Divine Miséricorde. Pour me préparer à écrire, je lis les textes bibliques et les différents commentaires proposés. Quelques fois, c’est un des textes du dimanche qui fait monter en moi une réflexion. D’autres fois c’est une phrase lue au hasard de mes recherches qui vient stimuler ma pensée. C’est le cas pour ce dimanche. La petite phrase vient du P. Emmanuel Schwab de la paroisse Saint-Léon à Paris : la grâce de la foi est Divine Miséricorde.

            Une toute petite phrase, qui pour moi, vient transformer encore une fois le regard que je pose sur Thomas dans l’Évangile de ce dimanche. Il est utile pour nous qu’il se soit montré sceptique. Cela nous permet de réfléchir encore une fois sur le mystère de la foi et sur la grandeur de cette foi au cœur des croyants. On ne peut mesurer la foi comme nous mesurons les performances olympiques. Ce n’est pas une question de dépassement physique ou personnel. La foi est une grâce, un cadeau.

            La parole de Dieu est vivante, changeante. Elle nourrit notre foi. Elle vient nous dire des choses différentes chaque fois que nous la fréquentons. L’Esprit continue à agir à travers elle pour qu’elle continue à être Parole de vie pour nous aujourd’hui. Ce que nous voyons dans l’Évangile d’aujourd’hui, c’est la Miséricorde de Dieu à l’œuvre en Jésus ressuscité face à Thomas. Qu’importe les doutes, les hésitations, c’est d’abord la Miséricorde de Divine, incarnée dans le Christ qui nous donne la grâce de croire. C’est elle qui nous accueille quand reconnaissons la présence de Dieu dans nos vies et dans celles des autres autour de nous.

            Thomas avait besoin de voir les plaies de Jésus, de les toucher. Mais, quand il le voit, ses doutes s’envolent et il croit. La grâce de la foi lui est donnée. Il ne faut pas penser que la foi est un acte volontaire. On ne décide pas de croire et ça y est. La foi, ce sont tous les signes que Dieu met sur nos chemins et qui travaillent notre âme durant toute notre vie. La foi est l’œuvre de la miséricorde de Dieu pour les humains. C’est l’amour qui nous amène à la foi et non le contraire. Et cet amour agit à travers la Divine Miséricorde.

            Tous les chemins sont bons pour arriver à la foi. L’important quand cette étincelle de foi s’allume, c’est d’en prendre soin, de reconnaître Jésus Christ comme notre sauveur et de continuer à prier le Ressuscité, incarnation de cette Miséricorde Divine toujours en action dans notre monde et dans nos cœurs.

                                                Ouvrons nos cœurs à la Divine Miséricorde,

                                                                                                Suzie Arsenault

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire